Idées reçues : petite histoire de l’architecture d’intérieur

En 1981, la création de l’Office Professionnel de Qualification des Architectes d’Intérieur (OPQAI), à l’initiative du CNOA, marque pour la première fois une reconnaissance officielle de la profession.

Avec ce nouveau statut la profession va évoluer et obtient son indépendance avec la création du Conseil Français des Architectes d’Intérieur (CFAI) en 2001.

Il reconnaît la profession en délimitant les domaines de compétence, en accordant aux architectes d’intérieur un statut à part entière.

Cependant, le métier reste méconnu et l’architecte d’intérieur est trop souvent considéré comme un simple agenceur ou décorateur.

A travers 5 idées reçues, on vous propose ici une vision plus réaliste du métier.

 

1ère idée reçue : L’espace privé existe depuis la naissance de l’architecture

Si l’architecture trouve son origine dès l’âge de pierre, l’organisation des espaces intérieurs est très récente.

Jusqu’au XVIIe siècle, pour des raisons thermiques, tous les membres de la maison travaillent, mangent et dorment bien souvent dans la même pièce.

La notion d’espace privé va émerger à mesure que la société s’enrichit : les révolutions industrielles et autres révolutions sociales auront un impact fort sur l’organisation de l’espace intérieur. Par exemple la cuisine, autrefois cachée voire délocalisée dans un autre bâtiment, commence à apparaître sur les plans des maisons bourgeoises au XIXe siècle, pour devenir grâce au développement de l’American Way of Life une pièce centrale de la maison, bien souvent intégrée au salon et faisant parfois disparaître la salle à manger.

 

2ème idée reçue : Une sous-discipline de l’architecture

L’architecte DPLG construit, crée des édifices. L’architecte d’intérieur intervient sur du bâti existant et s’occupe de la composition des volumes intérieurs, en tenant compte de l’architecture du projet : volumétrie, colorimétrie, mobilier intégré, travail de la lumière. Il s’attache également à la rénovation, la réhabilitation et aux petites extensions.

Dans les deux cas, il s’agit d’un métier créatif « à la frontière entre le rationnel et le sensible ». Ils sont complémentaires mais restent bien deux disciplines à part entière.

 

3ème idée reçue : Les architectes d’intérieur sont de simples décorateurs

Le métier d’architecte d’intérieur réunit sensibilité plastique et compétences techniques, et c’est cette double approche qui lui permet d’apporter les réponses nécessaires à l’élaboration d’un cadre de vie de qualité.

Bien que son métier ne se résume pas à la décoration, l’architecte d’intérieur est nécessairement décorateur. Mais il va agir en tant qu’expert de l’espace sur l’ensemble du projet en restructurant les volumes.

Il doit penser l’ensemble de l’intérieur avec cohérence : il travaille ainsi sur le cloisonnement, les réseaux d’alimentation en eau et en électricité, la lumière, l’ergonomie des espaces aménagés, l’organisation de la circulation. Il est ainsi maître d’œuvre à part entière, puisqu’il doit coordonner les différents corps de métiers pour mener à son terme l’architecture des lieux.

Ainsi, l’architecte ne se cantonne pas à la réalisation du dessin (une autre idée reçue) : il a une responsabilité importante dans le suivi du chantier jusqu’à la fin des travaux.

 

4ème idée reçue : Des petits travaux inutiles et trop chers

Encore raté ! L’architecte offre une vraie réponse, une adaptation totale aux besoins du client. Il s’agit d’une véritable rencontre humaine qui s’articule autour de la personnalité du client et qui donne lieu à un bien personnalisé et valorisé par un expert du volume.

Il intervient non seulement auprès des particuliers mais il joue aussi un rôle au sein de la vie économique des villes : commerces ultra-diversifiés, espaces culturels, bureaux… et donne alors une impulsion à la zone. Dans le cas de clients professionnels, l’architecte d’intérieur est souvent amené à intervenir sur le concept, le marketing et l’image de marque, et s’inscrit donc dans une démarche complète répondant aux besoins du client.

 

5ème idée reçue : Il faut choisir entre beau et fonctionnel

D’après Flaubert, les architectes oublient toujours l’escalier de la maison.

Sauf que c’est faux, et d’autant plus au XXIème siècle ! Lorsque l’architecte conçoit l’espace intérieur, il pense justement beau ET fonctionnel : faire une belle architecture c’est prendre une fonction et l’embellir, car « du beau qui n’est pas fonctionnel, c’est une tricherie ».

J’ai plus de croquettes, Prix du public Lyon Shop & Design 2015

Couverture3

 

Le 11 juin dernier, la CCI de Lyon remettait les prix Lyon Shop & Design 2015, récompensant la collaboration d’un architecte d’intérieur et d’un commerçant pour le design de leur boutique. L’Agence Richard Bagur connaît bien ce concours, puisqu’elle a été primée 5 fois dans le passé (en 2004, 2006, 2011 et 2013).

Cette année encore, le travail de l’Agence Richard Bagur est récompensé par le public pour le projet « J’ai plus de croquettes ». Ce prix est d’autant plus important pour l’Agence, car il vient à la suite d’un vote réalisé auprès du public.

 

Un projet original et unique en son genre

Ce prix est également le fruit d’une longue collaboration avec Cécile de La Clergerie, la gérante de cette boutique pour animaux de compagnie. Il s’agit d’un projet original, imaginé sur le concept du site internet. Ce lieu doit répondre aux exigences d’une boutique, sans oublier de mettre en avant le concept originel : répondre aux besoins spécifiques de chacun de nos fidèles animaux de compagnie. Ainsi, la boutique se décompose en plusieurs espaces colorés découlant de chaque pièce de la maison. (Pour revoir le projet en détails : cliquez-ici)

 

Le prix du public Lyon Shop & Design

C’est donc avec beaucoup de fierté que l’Agence Richard Bagur reçoit ce prix. En effet, la compétition Lyon Shop & Design est rude, car chacun des projets présentés est d’une très grande qualité. Pour cette 8ème édition, une centaine de projets étaient présentés. Le 9 avril 2015, l’Agence a été honorée d’être à nouveau choisi par le jury, mené par Philippe Grillot, pour faire partie des 15 finalistes. C’est également la date qui a marqué la grande course aux votes, pour élire le prix du public 2015. La CCI de Lyon a une nouvelle fois très bien menée ce concours, en proposant régulièrement des animations dans le centre-ville de Lyon. L’Agence Richard Bagur, elle, a également pris part à cette course aux votes avec beaucoup de plaisir, jusqu’à la clôture. Ainsi, le 11 juin dernier, lors de la cérémonie de remise des prix, l’Agence s’est vu remettre le Prix du Public Lyon Shop & Design 2015.

 

Cette 8ème édition de Lyon Shop & Design a été une nouvelle fois une grande réussite, pour la promotion du design et des commerces lyonnais, mais également pour l’Agence Richard Bagur qui est une nouvelle fois distinguée pour son travail, et son sérieux pour mener des projets avec cohérence et réflexion. Richard Bagur et toute son équipe tiennent à remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont contribué à ce prix, et prends rendez-vous dès maintenant pour la prochaine édition du concours.

Quand l’architecture intérieure s’inscrit dans une démarche de développement durable.

IMG_2116

La réussite de ce projet est double : il vient s’inscrire dans une démarche environnementale et durable tout en étant un exemple de réussite en termes de collaboration entre l’architecte d’intérieur et l’agenceur, collaboration que détaillait l’Agenceur Bois dans son numéro de juin 2014.

 

« Ce magasin est le reflet de mes engagements et il est important pour moi d’incarner les valeurs que je prône » (Sébastien Bétend dans Les Echos)

 

Concevoir un magasin d’optique à la fois esthétique et écologiquement responsable, tel était le défi lancé par Sébastien Bétend, écolo-opticien-lunetier à Bron, à deux pas de Lyon. L’agence Richard Bagur est ainsi missionnée pour créer la toute première boutique d’optique éco-conçue de France.

 

IMG_2118

Un mot d’abord sur l’opticien à l’origine d’un tel projet : Sébastien Bétend, écolo convaincu, décide en 2011 de lancer une approche inédite de l’optique. Outre des exigences environnementales fortes, l’opticien s’inscrit dans une véritable démarche sociale et économique. Loin du « Made in France » que les marques tentent de s’approprier à grands coups d’arguments marketing difficilement mesurables, L’Optique par Sébastien Bétend s’attache au concept de « Fabriqué en France » : l’ensemble du processus -conception, fabrication, assemblage et finition- est réalisé sur le territoire hexagonal.

 

Pour Richard Bagur, « chaque cas est particulier, l’architecte d’intérieur doit s’adapter, retranscrire avec des codes architecturaux et créatifs la personnalité du client, sa philosophie ».

04-magasin-accueil

Par souci de cohérence, l’intérieur de la boutique se devait donc d’être entièrement pensé « développement durable ».

Aussi, pour l’agencement d’un projet de cette nature, à la fois complexe et exigeant en matière d’écologie, Richard Bagur a souhaité faire confiance aux compétences et à l’exigence de La Fabrique.

 

De l’agencement au mobilier, en passant par les isolants ou la qualité de l’air, le choix des matériaux était loin d’être anodin. Il a fallu rechercher les solutions techniques les plus adaptées, alliant performance environnementale et esthétisme, et prenant en compte le coup des matériaux, ainsi que la solidité et la durabilité de l’ouvrage.

 

06-solaires-presentoir

La Fabrique déclarait à l’Agenceur Bois : « Nous avons par exemple, proposé des panneaux trois plis avec une peinture à l’eau, mais la solution n’était pas assez fine en terme de surface, ou encore des panneaux trois plis replaqués à la colle blanche avec du linoléum, mais cette solution était trop onéreuse. Ce sont finalement des panneaux de mélaminé avec une face plaquée qui ont été retenus pour la réalisation des meubles. »

 

A la demande de l’agence Richard Bagur, La Fabrique s’est attachée à fournir des matériaux performants en terme d’écologie mais aussi de proximité : contreplaqué peuplier italien, trois plis suisse, essences locales, quincaillerie d’ameublement européenne et certifiée par des normes ISO*…

05-miroir-reflet

 

Cette collaboration entre le client, l’architecte d’intérieur et l’agenceur fait ainsi figure d’exemple, et l’agence Richard Bagur est fière d’avoir participé à une telle démarche.

 

Plus de photo ici

 

* La norme ISO 14001 vise à certifier l’engagement en matière de management environnemental

L’édition 2015 de Lyon Shop and Design est lancée !

LyonShopandDesign

La ville de Lyon fait une nouvelle fois preuve de dynamisme en mettant en avant les commerces et restaurants, et en invitant à penser le design comme outil de différenciation de nos centres-villes.

 

Le concours, qui se tient tous les deux ans, récompense les commerces les plus innovants de l’agglomération lyonnaise à travers des réalisations modèles en matière de design : des projets de création ou de rénovation d’espaces de ventes, fruits d’une collaboration réussie entre commerçants et professionnels de l’architecture. Une démarche de la CCI de Lyon qui vise à stimuler l’innovation, la modernisation et l’embellissement des commerces de Lyon par le design et l’architecture d’intérieur.

 

En novembre s’est tenue une première sélection après visite de l’ensemble des candidats : hôtels, cafés, restaurants, commerces divers… Les 15 finalistes seront connus début 2015 avant d’être soumis au vote du jury.

 

Cette 8ème édition s’achèvera en juin 2015 avec la soirée de remise des prix au cours de laquelle seront primés les 5 lauréats sélectionnés par le jury de professionnels ainsi que celui du public (l’agence a d’ailleurs remporté le Prix du Public en 2011 pour le projet [chokola]).

 

L’occasion pour nous de revenir sur les projets en lice cette année : la boucherie Guerra-Lavigne, la pâtisserie Pépin, la boutique animalière J’ai Plus de Croquettes et le restaurant / snack S’il Vous Play.

 Collage GL

Boucherie Guerra-Lavigne – 59, avenue Jean Jaurès, 69007 Lyon – http://guerra-lavigne.com/ – Plus de photos ici
 

Focus d’abord sur la boucherie Guerra-Lavigne, véritable atelier moderne dont les couleurs vives attirent immédiatement le regard des passants : un lieu unique, original et novateur qui tend à faire évoluer l’idée d’une boucherie traditionnelle.

 

Le concept tient en un point : mettre en avant le savoir-faire du boucher.

 

Pour cela, l’architecture intérieure a été conçue tout en transparence, de la façade extérieure vitrée, aux coulisses visibles depuis le présentoir. La structure métallique associée à des touches d’orange vient moderniser l’ensemble et s’affranchir des codes de la boucherie.

 

Collage SVP

S’il vous PLAY – Chemin du Moulin Carron, 69570 Dardilly – Plus de photos ici
 

À concept original, réalisation originale : ce lieu, d’une capacité de 230 places, à la fois restaurant, snack, afterwork et salle de squash, avait de quoi satisfaire les ambitions créatives de l’agence.

 

À l’origine du projet, Laurent de la Clergerie, créateur de LDLC.com, souhaitait créer un restaurant de viande, doublé d’un concept de restauration rapide, et y intégrer trois salles de squash, afin d’accueillir une clientèle active et sportive dans une ambiance chic, originale et décontractée.

 

Collage JPDC

J’ai Plus de Croquettes – 30, avenue du Général de Gaulle, 69410 Champagne Au Mont D’Or – http://www.jaiplusdecroquettes.com/ – Plus de photo ici
 

On vous en parlait il  y a quelques mois, J’ai Plus de Croquettes, au départ un site internet, compte sans doute parmi les magasins animaliers les plus originaux. Ici, concept inédit, « on se balade comme dans une maison », dans une ambiance gaie, chaleureuse et colorée. Les univers produits sont définis en fonction des pièces : les croquettes dans la cuisine, les vêtements et accessoires dans le dressing, la literie dans la chambre…

 

Dans ce décor démesuré et ludique, l’enseigne a souhaité créer une proximité avec le client et son compagnon : un large choix d’aliments et d’accessoires leur sont proposés, mais également toute une gamme d’objets de décoration en lien avec les animaux (boîtes à thé, paillassons…).

 

Collage P_pin

Pâtisserie Pépin – 54, cours Charlemagne, 69002 Lyon – http://www.patisserie-chocolaterie-pepin.com/ – Plus de photos ici
 

Dans le cadre de la création d’un deuxième point de vente au coeur d’une zone dynamique de Lyon, Nicolas Pépin fait appel à l’agence Richard Bagur pour doter l’enseigne d’une image à la fois moderne et élégante, tout en traduisant le savoir-faire du pâtissier.

 

Ainsi, l’architecture intérieure du magasin a été entièrement pensée autour d’un axe central, les présentoirs étant organisés de façon circulaire afin de symboliser le mélange des matières premières. Le logo qui y figure a été repensé par l’agence à cette occasion.

 

…la suite au premier trimestre 2015 !

La Maison Guerra-Lavigne inaugure sa nouvelle boucherie.

Maison Guerra-Lavigne – 59 avenue Jean Jaurès, 69007 Lyon

 

 

En ce mois de Juin, l’Agence Richard Bagur fête la fin d’une nouvelle collaboration, avec La Boucherie Guerra Lavigne, située au 59 avenue Jean Jaurès (69007, Lyon). L’agence a su faire preuve d’inventivité et de créativité pour faire vivre ce projet.

Monsieur Filippo Guerra et sa femme, Nathalie Lavigne, ont fait appel à l’Agence Richard Bagur pour redonner un coup de jeune à la boutique afin de créer un lieu à leur image.

Ce boucher passionné, depuis plus de 30 ans, apprécie la rigueur, et défend la qualité. Il souhaitait faire évoluer l’idée de la boucherie simpliste et traditionnelle dans l’esprit du public.

L’agence a tout d’abord échangé avec le couple pour comprendre quelles étaient leurs attentes. Suite à cela, trois projets ont été proposés.

-Le premier était de recréer l’atmosphère de l‘atelier, là où le boucher prépare avec soin sa viande. L’idée est originale puisque cette partie est souvent dissimulée au public. Le but étant de mettre en valeur le travail de Mr Guerra.

-Le second projet, plus moderne, propose de créer une sorte d’étale, comme dans les Halles ou sur un marché.

-Enfin le troisième projet, à mi-chemin entre les deux, suggère un bon compromis entre tradition et modernité.

Finalement, après discussion et questionnement, le projet retenu reste assez actuel et souligne subtilement la démarche de qualité entreprise par le boucher. Des couleurs assez chaudes comme le orange ont été choisies, alliées au gris anthracite et au beige. Des structures brutes en métal viennent appuyer la dimension de modernité souhaitée. Dans le fond, l’atelier du boucher est visible, rien n’est dissimulé, gage de qualité et d’honnêteté. Enfin, Mme Lavigne a créé le logo que l’on retrouve dès l’entrée. Celui-ci se reflète de manière symétrique dans un grand miroir afin que l’on puisse le voir dans son ensemble.

Ce projet est à l’image du couple, moderne et accueillant. La boucherie a rouvert ses portes le 13 mai dernier. Nous vous invitons donc à découvrir ce lieu, paradis des amateurs de viande.

Pour découvrir l'ensemble du projet en photo

Pour découvrir l’ensemble du projet en photo

Article dans "Le Progrès", 8 Juillet 2014.

Article dans « Le Progrès », 8 Juillet 2014.

Publication dans le magazine « L’Agenceur Bois »

 

L’Agenceur Bois – Avril/Juin 2014

 Nous avons eu la chance d’être publié dans le magazine « L’Agenceur Bois » édition – Printemps 2014. A cette occasion, l’agence souhaiterait remercier Alice Herras, rédactrice en chef du magazine ainsi que toute son équipe pour cette collaboration. L’Agenceur Bois nous consacre deux doubles pages. Le premier article présente le parcours de Richard Bagur, son « entrée » au CFAI, ainsi que les prix et reconnaissances qu’il a reçu.

 

L’agenceur bois  – http://l-agenceur.com/

Design Tour

Article Design TourLa seconde édition du Design Tour, manifestation nationale qui parcourt la France de la création, avait fait escale à Lyon du 6 au 10 novembre 2013 sur la thématique de TERRITOIRE(S), après Bordeaux et Nantes, et avant de rallier Montpellier et Marseille.

L’itinéraire lyonnais, au coeur de la tendance design, nous avait emmené dans la boutique de Nicolas Fafiotte. Sa maison de couture a été entièrement repensée par l’agence, et ce qui devait être une simple rénovation s’est transformé en projet artistique d’exception.

De cette étroite collaboration, entre le couturier et l’architecte d’intérieur, est né un espace minimaliste et contemporain, sublimé par un plafond de dentelle entièrement dessiné par Nicolas Fafiotte, résonnant idéalement avec la matière chère au couturier.

Cette parfaite adéquation entre l’univers de Nicolas Fafiotte et la scénarisation sophistiquée qu’en fait Richard Bagur a permis au duo d’être consacré lauréat du concours Lyon Shop&Design 2013, organisé par la CCI de Lyon et récompensant les meilleurs designs de boutique.

L’agence a été également sélectionnée pour représenter la France au World Interior Meeting, le rendez-vous mondial de l’architecture d’intérieur qui s’est tenu à Amsterdam les 5, 6 et 7 septembre 2013, grâce à son agencement de la boutique [Chokola] pour le chocolatier Sébastien Bouillet dans le quartier de la Croix Rousse.

 

 

Le CFAI et l’Agence Richard Bagur

Page CFAI 1Le CFAI (Conseil Français des Architectes d’Intérieur), est une association régie par la loi de 1901, qui vise à défendre et à faire connaître la profession d’architecte d’intérieur.

La création du CFAI est le fruit d’un processus long, de plus de 30 ans. A l’origine, la notion même d’architecture d’intérieur n’était pas reconnue par le Conseil National de l’Ordre des Architectes (CNOA).

Il faudra attendre 1981 et un accord entre le Syndicat National des Architectes d’Intérieur (SNAI) et le CNOA, pour commencer à délimiter l’exercice d’une profession en pleine évolution.

Cette union aboutit à la création de l’Office Professionnel de Qualification des Architectes d’Intérieur (OPQAI). Cette nouvelle structure attribue aux architectes d’intérieur un nouveau statut, et délimite des domaines de compétences spécifiques.

L’année 2001 marque un changement pour l’OPQAI, qui prend le nom de CFAI, ce qui confère une réelle autonomie à l’association. Aujourd’hui, le CFAI est un organisme indépendant à part entière, qui intervient à trois niveaux :

  • La définition des compétences et des règles de la profession
  • La sélection des professionnels qui peuvent exercer sous ce label
  • Le contrôle de la qualité des formations qui préparent à cette profession

Pour pérenniser la profession, il est également important de contrôler à la source la sélection des futurs professionnels.

A ce jour, le CFAI reconnaît 15 écoles offrant une formation en 5 ans, délai nécessaire pour pouvoir appréhender et transmettre les compétences au métier, très complexe, d’architecte d’intérieur.

Richard Bagur a reçu la qualification CFAI dès 2001, une distinction marquante dans sa carrière. En tant qu’autodidacte, ce label, apparaît comme une reconnaissance et donne une légitimité à ces créations.

A présent, il utilise son expérience ainsi que son influence, pour défendre et promouvoir la profession en région Rhône-Alpes.

http://www.cfai.fr/

Historique :

  • 1977 : Loi sur l’architecture qui ne prend pas en compte les architectes d’intérieurs
  • 1981 : Création de l’OPQAI
  • 2001 : Création du CFAI
  • 2001 : Richard Bagur reconnu par le CFAI sous la qualification n° 969
  • 2005 : Création du document « architecte d’intérieur CFAI : la certification des compétences professionnelles » par le CFAI.

Présentation de l’Agence Richard Bagur

ACTUALITÉS

 

 

Le premier article du blog vous présente l’agence Richard Bagur.

 

Richard Bagur, architecte d’intérieur autodidacte, reconnu par le Conseil Français des Architectes d’Intérieur depuis 2001, a une philosophie particulière de son métier : il voit dans l’architecture une forme de communication. Fort de cette croyance, il travaille avec de nombreux commerçants avec qui il créé des boutiques uniques aux concepts originaux, souvent primées.

Pour lui, l’interactivité avec les clients particuliers est aussi essentielle: leurs personnalités, leurs envies et leurs besoins donnent naissance au projet. En 2001, Richard Bagur crée sa propre agence au cœur de Lyon (21 rue Claudia dans le 2ème arrondissement).

Aujourd’hui, l’équipe se compose d’architectes d’intérieur : Richard Bagur, Olivier Lacroix, Erwan Vivier et Amandine Chatelus, souvent accompagnés d’étudiants stagiaires, ainsi que de Pascale Borde, chargée de la gestion et de la comptabilité.

 

L’agence travaille sur des projets divers et variés, avec des professionnels comme des particuliers. La singularité de l’agence réside dans le fait qu’elle peut proposer aux sociétés une démarche intellectuelle complète comprenant étude de marché et charte graphique. Ainsi, la cohérence est au centre du travail de l’agence : les envies du client doivent apparaître dans l’aboutissement du projet.

Pourquoi une agence d’architecture d’intérieur alimenterait-elle un blog ?

A l’heure où l’agence se développe et gagne en notoriété, Richard Bagur souhaite poursuivre son envie de s’ouvrir et de communiquer. Le blog de l’agence Richard Bagur complète le site internet (www.richardbagur.com/), il est une vitrine qui bouge, qui s’anime au fil des saisons, des tendances, des nouvelles inspirations.

Le programme sera le suivant :

  • Une partie « événement », qui présentera salons, grand prix, concours, destinée aux amateurs d’architecture d’intérieur mais aussi aux curieux.
  • Un onglet « actualité »  qui exposera les chantiers et projets en lien direct avec l’agence.
  • Une catégorie « réalisations » qui présentera les projets aboutis de l’agence.

 

Bonne lecture et à très bientôt! !